La conférence de Christian Regat sur la métallurgie à Tamié est en ligne

Des indices existent d’une activité métallurgique à Tamié dès le XIIIe siècle. Deux siècles plus tard, elle est attestée à la Bouchasse, où les moines de Tamié l’albergeaient à différents exploitants. Au XVIe siècle, le fer de Tamié était renommé jusque dans le Milanais. De 1641 à 1749, l’établissement, qui fonctionnait avec du minerai des Hurtières, fut géré par la famille Audé. Puis les moines en reprirent eux-mêmes l’exploitation directe jusqu’à la Révolution. L’avidité au gain des affairistes auxquels la République loua, puis vendit, l’entreprise, entraîna sa ruine, malgré la découverte de fer à la Sambuy. Sous la Restauration sarde, les frères Balleydier, d’Annecy, lui redonnèrent un certain lustre en la prenant en gérance. Mais lorsqu’ils partirent pour établir une aciérie à Gênes, les propriétaires la vendirent au maître de forges Frerejean qui transféra à Cran, en 1838, l’exploitation du haut fourneau de Tamié. Ce fut la fin à cette aventure métallurgique.

Documents numérisés : une nouvelle rubrique

Nous avons eu l’opportunité de faire numériser des documents de grandes valeurs issus des archives de notre Académie. Ces numérisations de grande qualité ont eté réalisées par l’Institut de recherche et d’histoire des textes, une unité propre du CNRS. Cet institut se consacre à la recherche sur les manuscrits, principalement médiévaux (livres et archives sur parchemin, papier, papyrus), avec des prolongements vers les périodes antiques et modernes. À travers eux, c’est la transmission des textes qu’ils contiennent comme « témoins » qui est en jeu, de l’Antiquité à la Renaissance, c’est-à-dire jusqu’au premier livre imprimé, en ce qu’il a recueilli l’héritage du manuscrit. Ce travail est donc en droite ligne avec un des objectifs de notre Académie.

Ces documents sont les premiers que nous vous offrons sur cette page de notre site internet. Ils seront  suivis par d’autres. 

Nous vous souhaitons de belles découvertes en cliquant sur l’image ci-dessus,. Ce clic vous conduira vers la page dédiée : https://www.academie-salesienne.org/documents-numerises/

Une nouvelle conférence en ligne

Antoine Duchemin, lauréat de notre “prix de l’Académie 2022”, nous a offert une très belle conférence en décembre 2023. Retrouvez cette conférence en vidéo sur ce site et sur notre chaine YOUTUBE

 

PETITE PRESENTATION / Vigne et vin en Tarentaise au XVIIIe siècle

Lorsque l’on évoque l’agriculture montagnarde traditionnelle, la première image qui vient à l’esprit est sans faute celle de l’alpage, de l’élevage laitier ; viennent ensuite ces mauvais champs en pente, recouverts de neige plusieurs mois par an ; mais on oublie souvent la vigne. Il faut dire qu’elle a presque disparu du paysage : en Tarentaise, elle ne représente aujourd’hui que quelques hectares disséminés dans la vallée. Et pourtant, il y a environ deux siècles, le vignoble tarin tapissait le bas des coteaux bien exposés de Conflans à Bourg-Saint-Maurice et Bozel. Au-delà de la curiosité que peut susciter l’existence de ce vignoble de limite climatique, extrême à plusieurs titres, son étude permet de saisir l’originalité de l’organisation socio-économique des hautes vallées savoyardes, moins misérables qu’on ne le pense généralement.

POUR ACCOMPAGNER CETTE CONFERENCE / L’ouvrage d’Antoine : le vin et la vigne en Tarentaise au XVIIIème

Le  lien pour se procurer l’ouvrage d’Antoine Duchemin  édité par la SSHA (Chambéry).

Cliquez sur la page

 

UN AUTRE CADEAU / Un  ancien ouvrage libre de droit.

Nous offons le lien vers le livre de Pierre Tochon : “Monographie des vignes, des cépages et des vins des deux départements de savoie” très souvent cité par antoine :  “monographie des vignes, des cépages et des vins des deux départements de savoie”  (un simple clic suffit)

 

 

Le progamme de nos conférences 2024 est disponible  ci-dessous (triptyque). Remplissez vos agendas pour réserver les dates

RAPPEL / Triptyque 2024 1e semestre (cliquez sur le lien)

Un début d’année en “fanfare” !

L’année 2023 s’est terminée avec de nombreuses publications.

Nous repartons en 2024 “le pied au plancher” !

C’est bien le lundi 15 janvier 2024 à 17h30 salle Yvette Martinet à Annecy que vous ne devrez pas manquer  la conférence de Christian REGAT sur la métallurgie à Tamié (voir ci-dessous).

Mais aujourd’hui c’est un évènement exceptionnel que nous vous annonçons !

La publication de notre 6e hors série en consultation libre et gratuite écrit par Nicolas BROISIN ! “ÉCRIRE LES ALPES AU XVIe SIÈCLE” 

Il vous suffit de cliquer sur ce lien :

https://www.academie-salesienne.org/pdf/HSweb/HS6-Broisin-web.pdf

Un petit résumé en quelques mots : 

Ecrit au milieu du XVIe siècle pour présenter ces provinces au duc de Guise qui allait en être le gouverneur, “le Recueil et abbregé de certaines choses concernans le gouvernement des pays de Daulphiné et Savoye”est une véritable photographie des Alpes. Il apporte une foule de connaissances sur Dauphiné et Savoie au temps où la Savoie est rattachée au royaume de France et offre notamment des représentations inédites de forteresses de nos régions. On peut ainsi signaler, notamment, celle de Montmélian, avant les transformations opérées par Emmanuel-Philibert. On doit donc remercier Nicolas Broisin, doctorant à l’Université Grenoble Alpes, d’avoir (re)découvert ce manuscrit et d’en proposer, dans ce 6e Hors série, une édition scientifique complète et tous les éléments pour bien comprendre le contexte dans lequel il s’inscrit //Laurent PERRILLAT

Bonne lecture et venez nombreux lundi.

Les rissoles de Marie-Thérèse Hermann

Pour clôturer notre cycle de conférence sur la gastronomie,  j’ai voulu, en ce temps de fêtes, vous offrir un extrait de ce que je considère comme l’un des meilleurs ouvrages sur la cuisine savoyarde : Le dictionnaire de la cuisine savoyarde par Marie-Thérèse Hermann.

Marie Thérèse a été présidente de notre Académie de 1982 à 1986 puis « par intérim, en juillet 2001-2002 ». Elle cite souvant Brillat-Savarin et elle aurait apprécié nos dernières conférences ! Ce livre est difficile à se procurer mais votre peine sera récompensée ! Bien entendu en cette période de fêtes, j’ai choisi de vous présenter SES recettes des rissoles.

 

 

Les rissoles, ces chaussons de pâte feuilletée ou brisée fourrés de confiture ou de viande, dorées au four ou parfois passées dans une friture. Le terme rissole, se dit R’zuulè en patois genevois, ou franco provençal le è restant muet. Il viendrait du latin russeolus désignant la teinte rouge-brun de la farce. Si cette origine du mot est avérée alors les vraies rissoles, celles de Noël,  sont celles farcies de cette confiture de poires  dont nous allons vous conter une histoire et surtout vous donner les recettes

C’est dans le village du Châble-Beaumont de mon enfance que j’ai mangé mes premières rissoles ! Traditionnellement, c’est la pâtisserie que l’on trouve sur nos tables pendant les fêtes de Noël. Au Chable les rissoles étaient plus qu’une pâtisserie. Elle était la pâtisserie de la vogue du premier dimanche du mois d’Aout et de la kermesse. On utilisait alors la confiture faite au Noël précédent. Cette gourmandise était si importante que pendant quelques années on instaura au Chable-Beaumont « la vogue des Rissoles » qui se déroulait alors à la fin du mois de décembre. Dans sa monographie sur Beaumont, Félix Crosset nous dit : « A Beaumont, ce jour-là, on confectionnait des rissoles aux poires…On nous rapporte que, dans quelques-unes de ces délicieuses pâtisseries, les poires étaient remplacées par du coton hydrophile ! On riait quand un convive extirpait de sa dentition les brins d’ouate ! ». Pendant combien d’années se tinrent ces vogues de décembre ? Nous l’ignorons, mais nous avons trouvé une trace certaine en 1928. Ces rissoles étaient cuisinées quelques fois pour les mariages… Laissons la place aux recettes de Marie-Thérèse d’un simple clic sur la couverture de l’ouvrage !

NOEL, la période des cadeaux !

Faites-vous plaisir en faisant l’acquisition de l’ouvrage de Sidonie BOCHATON, publié en 2023 par notre Académie ou en le consultant sur notre site.
L’ABBAYE DE SIXT : Des chanoines réguliers en Faucigny (XIIe-XIXe siècle).
Merci à Sidonie pour ce très beau travail qui est le fruit de longs mois de fouilles et de recherches.


La version imprimée est disponible lors de nos permanences, gratuitement pour nos adhérents qui l’ont réservée et à l’achat pour toute personne intéressée. Comme nous l’avions annoncé, une version numérique est librement disponible sur notre site afin de faire découvrir au plus grand nombre toutes ces merveilles de notre belle Savoie.
Joyeuses fêtes et vive la culture !
https://www.academie-salesienne.org/mdas/

TOUJOURS PLUS DE CADEAUX !

Après la brillante conférence de Gilles PERRIN sur BRILLAT-SAVARIN, Gilles nous avait promis de rédiger un texte  complémentaire sur ce brillant épicurien. Il a tenu sa promesse dans un délai record ! 

Ce texte est consultable ou téléléchargeable d’un simple clic sur le lien qui suit ou sur notre page RVAS ! https://academie-salesienne.org/pdf/RVAS/RVAS40.pdf

ENCORE PLUS !

Et toujours, le programme de nos conférences 2024, disponible  ci-dessous (triptyque). Remplissez vos agendas pour réserver les dates

Triptyque 2024 1e semestre

Pour bien terminer 2023 !

Respectons les traditions ! Pas de permanence le mardi 5 décembre.  Nous devons aller “faire chalandes”  à la foire de la Saint André. 

Nous nous retrouverons le lundi 11 décembre à 17h30 salle Yvette Martinet pour la conférence d’Antoine Duchemin. Entrée libre et gratuite, venez nombreux !

Antoine nous présentera le résultat de sa thèse, Vigne et vin en Tarentaise au XVIIIe siècle : Lorsque l’on évoque l’agriculture montagnarde traditionnelle, la première image qui vient à l’esprit est sans faute celle de l’alpage, de l’élevage laitier ; viennent ensuite ces mauvais champs en pente, recouverts de neige plusieurs mois par an ; mais on oublie souvent la vigne. Il faut dire qu’elle a presque disparu du paysage : en Tarentaise, elle ne représente aujourd’hui que quelques hectares disséminés dans la vallée. Et pourtant, il y a environ deux siècles, le vignoble tarin tapissait le bas des coteaux bien exposés de Conflans à Bourg-Saint-Maurice et Bozel. Au-delà de la curiosité que peut susciter l’existence de ce vignoble de limite climatique, extrême à plusieurs titres, son étude permet de saisir l’originalité de l’organisation socio-économique des hautes vallées savoyardes, moins misérables qu’on ne le pense généralement.

 

De nouvelles vidéos pour l’été

Comme promis, nous profitons des moments de calme de l’été pour mettre en ligne les vidéos de nos conférences non encore diffusées. 

La conférence de Christophe Guffond nous enmènera dans la fraicheur des Alpages.

La conférence d’Alexandre Doglioni nous fera prendre la route des vacances en passant par Les Echelles (Savoie).

La conférence de Laurent Perrillat nous parlera des impôts au travers des siècles.

Pour nos adhérents et pour ceux qui adhéreront prochainement, nous vous offrons la vidéo de l’assemblée générale 2022 qui s’est tenue le 23 mai 2023. Ce sera l’occasion de découvrir ou de redécouvrir les activités de notre Académie.  Rejoignez-nous !

Vidéo de l’assemblée générale 2022

Bon été !

Nous reprendrons nos conférences au mois d’octobre avec un cycle consacré à la gastronomie.

Le 16 octobre 2023 : Arnaud Delerce  : Tout un fromage ! L’évolution de la production fromagère au travers des siècles.

Le 13 novembre 2023 : conférence sur Brillat Savarin par Gilles Perrin, propriétaire de la maison de Brillat Savarin et ancien enseignant chercheur à l’université de Lyon 1.

11 décembre 2023 : Antoine Duchemin, lauréat du prix de l’Académie, nous présentera sa thèse sur les vins et les  vignobles en Tarentaise au XVIIIe siècle.